dimanche, novembre 27, 2022
AccueilALERTEFMI. Kristalina Georgieva confirmée à la tête du Fonds monétaire international

FMI. Kristalina Georgieva confirmée à la tête du Fonds monétaire international

La Bulgare Kristalina Georgieva reste à la tête du FMI après avoir reçu, lundi soir, le soutien du conseil d’administration du Fonds monétaire international. Elle avait été soupçonnée d’avoir manipulé un rapport pour favoriser la Chine, lorsqu’elle était à la Banque mondiale. Une accusation qu’elle a toujours niée.

La présidence de Mme Georgieva, 68 ans, avait été ébranlée à la mi-septembre, après la publication d’une enquête du cabinet d’avocats américain WilmerHale, menée à la demande du comité d’éthique de la Banque mondiale. La directrice générale du FMI y était accusée d’avoir manipulé un rapport pour favoriser la Chine. Selon ses accusateurs, elle avait fait pression, lorsqu’elle était directrice générale de la Banque mondiale, pour que la Chine ne dégringole pas de plusieurs places dans le rapport Doing Business de 2018. Ce rapport peut avoir un impact sur l’attractivité, car il établit un classement des pays au climat le plus favorable aux affaires.

Lundi soir, « le Conseil d’administration (du FMI) a estimé que les informations présentées au cours de son examen n’ont pas démontré de manière concluante que la directrice générale a joué un rôle inapproprié concernant le rapport +Doing Business 2018+ lorsqu’elle était directrice générale de la Banque mondiale », selon un communiqué du FMI.

« Après examen de l’ensemble des éléments de preuve présentés, le Directoire réaffirme sa pleine confiance dans le leadership et la capacité de la Directrice Générale à continuer à s’acquitter efficacement de ses fonctions », ajoute le texte. Le Conseil d’administration prévoit toutefois de se réunir à l’avenir « pour examiner d’éventuelles mesures supplémentaires visant à garantir la solidité » de l’institution en la matière. Huit réunions ont été organisées depuis la mi-septembre pour examiner le dossier sur le fond et entendre les explications de la directrice générale.

Les réticences des Etats-Unis

Cette affaire a profondément divisé les 24 membres du Conseil d’administration, précise l’Agence France-presse. Si la France, le Royaume-Uni et plus largement l’Europe ont fait part de leur soutien à Mme Georgieva, les Etats-Unis se sont montrés plus réticents à renouveler sa confiance. Rappelons que, selon un partage des rôles hérité de la création des institutions de Bretton Woods, le Fonds est traditionnellement dirigé par un Européen tandis que la Banque mondiale est aux mains d’un Américain, actuellement David Malpass.

Si elle sauve son poste, cet épisode laisse un goût amer pour la directrice du FMI. Hier lundi, la secrétaire américaine au trésor, Janet Yellen l’a appelée pour lui dire que si le rapport de la Banque mondiale soulevait des « préoccupations légitimes », « en l’absence de preuves directes supplémentaires, il n’y avait pas de base pour un changement de direction » à la tête du FMI. Mais le Trésor américain prévient qu’il gardera l’œil bien ouvert en évaluant « tout fait nouveau ».

Mme Georgieva, précédemment directrice générale de la Banque mondiale, avait pris la tête du FMI le 1er octobre 2019, en remplacement de la Française Christine Lagarde nommée à la Banque centrale européenne. (rfi.fr/Afp)

ARTICLES LIÉS
- Advertisment -

Les plus populaire

Commentaires récents