dimanche, novembre 27, 2022
AccueilAFRIQUELes relations entre le Maroc et la France vues par un spécialiste

Les relations entre le Maroc et la France vues par un spécialiste

Un rapport de l’Institut d’études de géopolitique appliquée (EGA) en ce mois de novembre, sous la thématique « Quel statut pour le Maroc vis-à-vis de la France et de l’Europe ? », est apparu sous la direction de Manon Chelem et d’Alexandre Negrus. Pour l’occasion, ils ont eu les plumes croisées et associées. 

La balade à travers ses chapitres mène vers des horizons divers qui chemin faisant, interroge sur la politique internationale de la France et de l’Europe appliquée aux pays africains. Selon le document, elle est plus basée aujourd’hui sur des rapports de force plutôt que sur des considérations idéologiques. Le président fondateur de l’EGA, Alexandre Negrus, s’est consacré au volet géopolitique, géoéconomique et social qu’il conviendra désormais d’intégrer, selon lui pour plus de réalisme et de pragmatisme dans l’approche même de la coopération avec le Royaume et à ses profondeurs avec l’Afrique subsaharienne et au-delà.

Dans un entretien avec Le Point, il a axé sur la nécessité de sortir de certaines postures. Le juriste en droit international dira en conséquence, « Dans un contexte de froid diplomatique entre le Royaume du Maroc et la France, il est fondamental d’analyser les relations entre la France et le Maroc d’une part, et entre l’Union européenne et le Maroc d’autre part, avec une approche renouvelée, afin d’en finir avec certaines postures ».

Et d’ajouter, « La production de connaissances en relations internationales au sujet du Royaume du Maroc est souvent redondante depuis de nombreuses années. Les relations entre Paris et Rabat sont polarisées entre enthousiastes et détracteurs, mais l’approche théorique et pratique doit se faire à l’aune des évolutions contemporaines. Le Maroc assume aujourd’hui un nouveau statut que la France et l’Union européenne doivent prendre en compte ». L’ambition est d’imaginer le futur des relations entre l’Union européenne, la France et l’Afrique avec le Royaume du Maroc comme pivot à plusieurs échelles.

Pour Alexandre Negrus, « envisager une coopération économique soutenue, c’est se projeter dans une dimension à la fois sécuritaire et géoéconomique qui permettra d’appréhender de nouveaux défis. Si le Royaume du Maroc n’est pas une « spécificité », il n’en demeure pas moins que ce pays, fort de sa stabilité macroéconomique et institutionnelle, ainsi que par son approche sécuritaire, est caractérisé par sa singularité ». Le président fondateur d’EGA dira ses entières convictions quant aux, « évidentes opportunités de coopérations multidimensionnelles avec la France et l’Europe, ces dernières ayant un intérêt à ne pas voir les concurrents chinois, russe et turc prendre des parts de marché additionnelles ».

Les bribes de déclarations ont été assez intéressantes, c’est ainsi qu’on a eu droit à celle-ci par exemple, « Le Maroc se positionne comme une puissance émergente, ambitieuse, et dont la stabilité est une garantie pour la France et l’Union européenne. L’Afrique comme marché d’avenir pour l’Europe serait un positionnement français et européen bien prétentieux si les contreparties ne s’équilibrent pas». Les autorités françaises doivent travailler de façon pragmatique pour se projeter sur l’avenir de leurs partenariats stratégiques en Afrique du Nord et en Afrique en général.

Pour cela, des actions communes devraient être mises en œuvre entre le Maroc, la France et l’Europe or, « l’installation dans la durée de relations crispées entre les deux pays est une mauvaise nouvelle pour la France. La question de la réduction drastique des visas, notamment, constitue la pomme de discorde la plus visible et il est nécessaire, pour plusieurs raisons, de trouver une issue au différend relatif à ce sujet ». Cela entache une coopération plus large et efficace dans nombre de domaines.

C’est notamment le cas en matière sécuritaire, où le Maroc se positionne comme un acteur clé dans la lutte contre le terrorisme. Les défis sont nombreux, sécurité, approvisionnement énergétique, environnement, migrations et bonne gouvernance…, entre autres. Alexandre Negrus ajoutera « qu’il est également essentiel, à l’échelle européenne, d’accentuer la coopération avec le Maroc au sujet de la question migratoire. Les autorités françaises et européennes ont, par le passé, fait preuve d’une certaine désorganisation au sujet de la maîtrise des flux migratoires ».

Il est évident que le Maroc est un partenaire de poids et « il n’est pas inenvisageable que, dans un avenir à l’horizon toujours incertain, au sujet du Sahara, la France franchisse le pas en s’alignant sur les positions de ses alliés américains et espagnols ». Lors de son déplacement à Alger, le président français n’a donné aucun motif de satisfaction à l’Algérie a poursuivi Negrus. « La diplomatie française aurait tout à gagner à analyser en profondeur son calcul entre alliances de circonstances et alliances historiques et stratégiques à horizon lointain ».

On a aimé cette chute : « Le président français est bien conscient que le dialogue franco-algérien autour de la question mémorielle et du gaz ne doit pas se faire au détriment des relations avec Rabat, déjà tendues ces derniers temps, notamment en raison de l’affaire des visas. Considérer le seul besoin gazier de la France serait donc une vision court-termiste dangereuse ». (Hespress.fr)

ARTICLES LIÉS
- Advertisment -

Les plus populaire

Commentaires récents