dimanche, novembre 27, 2022
AccueilA LA UNECOP27 : "accord trouvé" sur l’aide aux pays pauvres

COP27 : « accord trouvé » sur l’aide aux pays pauvres

Le sommet des Nations unies sur le climat, COP27, a approuvé dimanche la création d’un fonds spécial destiné à couvrir les dommages subis par les nations vulnérables frappées par les effets du réchauffement climatique.

Les deux semaines de négociations ont été marquées par la crainte d’un effondrement du processus et par l’espoir d’une percée majeure dans la création d’un fonds pour les « pertes et dommages » climatiques.

Les délégués ont applaudi après l’adoption du fonds au milieu de la nuit, après des jours de négociations marathon sur la proposition.

Collins Nzovu, ministre zambien de l’économie verte et de l’environnement, s’est dit « enthousiaste. Très, très excité« .

« C’est un résultat très positif de la part de 1,3 milliard d’Africains », a-t-il déclaré à l’AFP.

« Très excitant parce que pour nous, le succès en Égypte allait être basé sur ce que nous obtenons des pertes et des dommages« .

La plénière doit toutefois encore approuver une série de décisions et la déclaration finale de la COP27 couvrant une foule d’autres questions litigieuses, notamment un appel à une réduction « rapide » des émissions afin d’atteindre l’objectif ambitieux de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius par rapport aux niveaux préindustriels.

La session a fait une pause, la Suisse ayant demandé plus de temps pour examiner le texte.

Une coalition informelle de pays « très ambitieux » a demandé un langage fort sur la réduction des émissions, l’abandon des combustibles fossiles qui réchauffent la planète et la réaffirmation de l’objectif de 1,5°C.

L’Union européenne a même menacé samedi de se retirer plutôt que de prendre une « mauvaise » décision.

Un conseiller de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, Kevin Conrad, a déclaré tard samedi que les « suspects habituels » tentaient de supprimer toute référence aux combustibles fossiles. Par le passé, l’Arabie saoudite, en particulier, a cherché à bloquer ce type de langage.

Le dernier projet de texte appelle à « accélérer les efforts en vue de l’abandon progressif de l’énergie produite à partir du charbon et de l’élimination progressive des subventions inefficaces aux combustibles fossiles ».

Un accord « historique »

À l’inverse, l’accord sur les pertes et dommages, qui avait à peine été inscrit à l’ordre du jour des négociations, a pris un élan décisif au cours des discussions.

Les pays en développement ont insisté sans relâche sur la création de ce fonds au cours du sommet, réussissant finalement à obtenir le soutien des riches pollueurs qui craignaient depuis longtemps une responsabilité illimitée.

Avec un réchauffement d’environ 1,2°C jusqu’à présent, le monde a connu une cascade de phénomènes extrêmes liés au climat au cours des derniers mois, mettant en lumière la situation critique des pays en développement confrontés à une escalade des catastrophes, à une crise des prix de l’énergie et des denrées alimentaires et à une dette galopante.

La Banque mondiale a estimé que les inondations dévastatrices qui ont frappé le Pakistan cette année ont causé 30 milliards de dollars de dégâts et de pertes économiques.

La ministre pakistanaise du climat, Sherry Rehman, a déclaré avant l’approbation du fonds que sa création serait « un rappel historique aux personnes vulnérables du monde entier qu’elles ont une voix et que si elles s’unissent… nous pouvons réellement commencer à briser des barrières que nous pensions impossibles ».

Le fonds sera destiné aux pays en développement « qui sont particulièrement vulnérables aux effets néfastes du changement climatique », une formulation qui avait été demandée par l’UE.

L’UE avait exigé cette formulation dans le but de s’assurer que les pays en développement les plus riches, tels que la Chine, qui est devenue la deuxième plus grande économie du monde, ne soient pas bénéficiaires du fonds.

Les Européens souhaitaient également que le fonds soit alimenté par un large éventail de bailleurs de fonds – un code pour la Chine et d’autres pays émergents mieux lotis.

Le texte de la décision finale a laissé bon nombre des questions les plus épineuses à un comité de transition, qui fera rapport à la réunion sur le climat de l’année prochaine à Dubaï pour rendre le financement opérationnel.

Maintenir l’objectif de 1,5°C

L’attention se porte maintenant sur l’accord du sommet sur la déclaration finale.

Selon les scientifiques, limiter le réchauffement à 1,5°C est un garde-fou bien plus sûr contre les impacts climatiques catastrophiques, le monde étant actuellement loin du compte et se dirigeant vers 2,5°C selon les engagements et les plans actuels.

Auparavant, la ministre colombienne de l’environnement, Susana Muhamad, avait déclaré que, pour être « viables », les négociations sur le climat devraient comporter à la fois un fonds pour les pertes et dommages et un engagement en faveur d’un réchauffement de 1,5°C.

Le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, a prévenu que si rien n’était fait pour réduire les émissions et maintenir le seuil de 1,5°C, « aucune somme d’argent sur cette planète ne pourra répondre à la misère qui se produira en raison des catastrophes naturelles, etc. que nous constatons déjà ». (Africanews)

ARTICLES LIÉS
- Advertisment -

Les plus populaire

Commentaires récents