mercredi, avril 17, 2024
AccueilAFRIQUEL'appel des proches d'un sud-africain otage des jihadistes au Mali

L’appel des proches d’un sud-africain otage des jihadistes au Mali

Sa famille a publié une vidéo dans laquelle l’otage appelle à être libéré « par tous les moyens possibles ». vidéo enregistrée le 15 mars.

Alors que son époux est détenu depuis plus de 5 ans par des jihadistes au Mali, Shereen van Deventer  a lancé samedi un nouvel appel pour sa libération. Elle s’exprimait depuis la ville de Swellendam, à 220 km à l’est du Cap.

Son mari , Gerco van Deventer, 47 ans, avait été kidnappé en Libye le 3 novembre 2017 alors qu’il se rendait sur un site de construction d’une centrale à environ 1 000 km de la capitale Tripoli, avant d’être transféré au Mali. 

« Je lance un nouvel appel.  Nous avons désespérément besoin de lui à la maison, il est le père de trois enfants », a déclaré sa femme. 

Trois ingénieurs turcs avaient aussi été enlevés avant d’être relâchés sept mois plus tard.

Cet infirmier qui travaillait pour une société de sécurité est le seul citoyen sud-africain retenu en otage par une organisation non-étatique au Sahel, selon son épouse âgée de 39 ans. 

L’appel de sa famille intervient quelques jours après la libération du journaliste Olivier Dubois. au terme de près de deux ans de captivité au Mali. L’issue a redonné espoir aux proches de l’otage sud-africain.

« La libération d’Olivier Dubois nous donne un nouvel espoir pour la libération de Gerco », a confié sa femme. « Il y a l’espoir qu’une porte est ouverte ».

Olivier Dubois a rapporté avoir passé plus d’un an en captivité avec Gerco van Deventer. 

« Je pense qu’il doit être toujours dans la région de Kidal. Je peux imaginer les conditions dans lesquelles il est parce qu’on les a vécues ensemble. Et je tiens à ajouter qu’il est temps que ça s’arrête. Il est dans sa sixième année. Il ne mérite pas ça, il faut qu’il rentre à la maison », a expliqué le journaliste français.

Les négociations pour sa libération Gerco van Deventer seraient toujours en cours selon le ministère sud-africain des affaires étrangères. 

Imtiaz Sooliman, à la tête d’une association caritative musulmane, Gift of the Givers, également impliqué dans la médiation pour sa libération, a indiqué qu’un négociateur « se rendra au Mali au cours des prochains jours pour lancer un appel aux ravisseurs ».

Selon eux, l’incident s’est produit au large de Mahdia, la côte est de la Tunisie. Il s’agit deuxième naufrage de ces dernières heures au large de la côte tunisienne. Au total, au moins 29 personnes sont mortes à la suite des naufrages de deux navires avec des clandestins.

Selon les 6 rescapés qui ont été secourus, la majorité des victimes sont des camerounais et ivoiriens.

Au Cameroun, plusieurs avis de recherches ont été publiés par les proches de clandestins dont le contact a été rompu après l’annonce du naufrage.

D’autres détails de l’incident font l’objet d’une enquête. (Africanews)

ARTICLES LIÉS
- Advertisment -

Les plus populaire

Commentaires récents