dimanche, mai 26, 2024
AccueilAFRIQUECrise au Soudan : la signature de l'accord de transition reportée

Crise au Soudan : la signature de l’accord de transition reportée

Les protagonistes de la crise peinent à se mettre d’accord sur plusieurs points.

La signature de l’accord censé relancer la transition démocratique au Soudan a été repoussée samedi, le jour même où civils et militaires avaient promis de se retrouver pour revenir au statu quo d’avant le putsch d’octobre 2021, a annoncé un responsable.

Khaled Omar Youssef, l’un des responsables civils limogés et arrêtés lors du coup d’Etat du général Abdel Fattah al-Burhane, aujourd’hui porte-parole du processus politique qui rassemble militaires et civils, a annoncé une nouvelle réunion samedi.

Après des semaines de séminaires sur les différentes questions épineuses qui divisent militaires, paramilitaires et civils, tous devaient se retrouver samedi pour signer un document final dessinant les grandes lignes de la transition vers un gouvernement civil puis à terme l’élection d’institutions démocratique.

Au lieu de cela, ils se retrouvent dans l’après-midi pour « convenir d’une nouvelle date de signature de l’accord politique final, qui n’a pas pu être signé » en raison de « l’absence d’un consensus sur certaines questions », a affirmé M. Youssef dans un communiqué.

Depuis la chute d’Omar el-Béchir en 2019, la lutte pour le pouvoir au Soudan opposait civils et militaires. Aujourd’hui, ce sont deux généraux qui se disputent la haute main: Burhane et son second, Mohamed Hamdane Daglo, dit « Hemedti », le patron des très redoutés paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR).

La réforme des forces de sécurité, c’est-à-dire l’intégration des paramilitaires aux troupes régulières, est la pomme de discorde opposant les deux hommes.

La semaine dernière, ils s’étaient tous deux affichés côte-à-côte à Khartoum pour l’ouverture des discussions sur cette réforme. Mais les deux hommes n’étaient plus là, ni la plupart de leurs proches lieutenants, à la clôture des discussions qui, selon les observateurs, sont au point mort, les deux généraux n’ayant pas le même calendrier ou modalités pour l’intégration des paramilitaires. (Africanews)

ARTICLES LIÉS
- Advertisment -

Les plus populaire

Commentaires récents