vendredi, mars 1, 2024
AccueilA LA UNESénégal : 500 arrestations effectuées après les troubles à Dakar

Sénégal : 500 arrestations effectuées après les troubles à Dakar

La police sénégalaise déclare avoir effectué 500 arrestations après les affrontements qui ont causé la mort d’au moins 16 personnes et plus de 350 blessés parmi les manifestants dans la capitale.

Après 72 heures de violence suite à la condamnation de l’opposant Ousmane Sonko, la tension retombe progressivement à Dakar la capitale sénégalaise.

Selon la police, 500 arrestations auraient été effectuées après les affrontements qui ont causé la mort d’au moins 16 personnes et plus de 350 blessés parmi les manifestants.

« Les forces de sécurité ont fait face à des manifestants violents, qui ne cherchent pas à exprimer des opinions, mais qui sont plutôt engagés dans des activités subversives. Les personnes appréhendées au cours de ces évènements sont principalement des individus armés et dangereux. La majorité de ces personnes arrêtées étaient en possession de cocktails molotov, d’armes blanches, d’armes à feu de gros calibres. « , a déclaréIbrahima Diop, directeur de la sécurité publique du Sénégal. 

Les violences ont éclaté jeudi lorsque M. Sonko a été condamné à deux ans de prison dans une affaire qui, selon lui, visait à l’empêcher de se présenter à l’élection présidentielle de l’année prochaine.

La Croix-Rouge a déclaré avoir porté assistance à 357 manifestants blessés, dont une femme enceinte, ainsi qu’à 36 membres des forces de défense et de sécurité qui ont été blessés depuis le début des troubles.

Les partisans de M. Sonko et du président Macky Sall se sont renvoyés la responsabilité des violences et des décès.

Dimanche, le parti PASTEF-Patriotes de M. Sonko a condamné « la répression meurtrière des forces de défense et de sécurité », accusant le gouvernement de déployer des « milices privées ».

Il a exhorté la population à « se défendre par tous les moyens possibles et à riposter ».

Le gouvernement a restreint l’accès aux médias sociaux et a décidé dimanche de couper « temporairement » l’accès à l’internet mobile sur les téléphones, estimant que des « messages haineux et subversifs » étaient diffusés.

Les signes d’un retour au calme se sont multipliés dimanche, avec moins de policiers dans les rues et le calme dans plusieurs quartiers de Dakar qui avaient été le théâtre de violences en début de semaine. (Africanews)

ARTICLES LIÉS
- Advertisment -

Les plus populaire

Commentaires récents