dimanche, février 5, 2023
AccueilAFRIQUELe Nigeria inaugure un port en eau profonde financé par la Chine

Le Nigeria inaugure un port en eau profonde financé par la Chine

Le président nigérian Muhammadu Buhari a marqué l’ouverture d’un port en eau profonde de 1,5 milliard de dollars, financé par la Chine, dans le centre commercial de Lagos, dont les autorités espèrent qu’il contribuera à la croissance de l’économie en difficulté de cette nation ouest-africaine.

Le port en eaux profondes de Lekki est l’un des plus grands d’Afrique de l’Ouest et créera des centaines de milliers d’emplois en plus de réduire la congestion des cargaisons qui coûte des milliards de dollars en revenus annuels, a déclaré lundi le gouverneur de Lagos, Babajide Sanwo-Olu.

Le port – dont le terminal à conteneurs peut traiter au moins 2,5 millions de conteneurs standard de 20 pieds par an – sera exploité sous la forme d’une coentreprise entre le gouvernement nigérian, l’État de Lagos, le groupe Tolaram basé à Singapour et la société publique China Harbor Engineering Company. Les deux sociétés étrangères détiennent une participation majoritaire de 75% dans le projet.

Le Nigeria est la plus grande économie d’Afrique, mais sa croissance est en panne depuis de nombreuses années en raison de la médiocrité des infrastructures et de la mauvaise gestion. Bien qu’il dispose de six grands ports maritimes, plus de 80% des importations du pays sont traitées par deux ports seulement, à Lagos, où la congestion a entraîné une perte massive de revenus, les cargaisons étant souvent détournées vers d’autres pays d’Afrique de l’Ouest.

Les autorités affirment que le nouveau port en eau profonde, situé à l’est de Lagos, permettrait de détourner le trafic des ports encombrés et d’augmenter les revenus, les retombées économiques attendues étant de plus de 360 milliards de dollars.

Les experts affirment toutefois qu’il ne fera qu’une « différence minime » si les écueils existants ne sont pas éliminés, notamment en assurant les connexions entre les ports et les zones intérieures.

« La connectivité du réseau ferroviaire est médiocre et insuffisamment investie, et les routes ne sont pas dans un état optimal », a déclaré Ayotunde Abiodun, un analyste économique du cabinet SBM Intelligence basé à Lagos. « Il faut également donner la priorité à l’automatisation des processus dans le port. »

Alors que le port commence à fonctionner avec l’arrivée du premier navire commercial dimanche, le gouverneur de Lagos a déclaré que les navires accostant au port « pourraient être jusqu’à quatre fois plus grands que les navires qui accostent actuellement aux ports de Tin Can et d’Apapa », les deux autres ports de Lagos.

Selon Cui Jianchun, ambassadeur de Chine au Nigeria, le projet serait un moteur de développement économique non seulement pour Lagos mais aussi pour l’ensemble du pays.

« C’est (le) moteur de l’économie non seulement pour (le) gouverneur de Lagos mais aussi pour la République fédérale du Nigeria », a déclaré Jianchun. « Il s’agit d’une participation à l’investissement. Ce n’est pas un prêt ; ce n’est pas un emprunt – c’est un investissement. »

L’agriculture et le commerce sont les principaux moteurs de l’économie nigériane, mais l’insécurité généralisée dans le nord du pays, riche en agriculture, la diminution des investissements directs étrangers et la corruption endémique ont ralenti la croissance économique dans un contexte de baisse des revenus du pétrole brut.

Le gouvernement s’est tourné vers les prêteurs et bailleurs de fonds internationaux pour contribuer à la croissance de l’économie par le biais de projets essentiels, parmi lesquels la Chine, dont l’empreinte est présente sur certaines des infrastructures les plus importantes du Nigeria, telles que les réseaux ferroviaires et les terminaux aéroportuaires.

Le port a un « immense potentiel » pour l’économie du Nigeria, qui lutte contre un taux de chômage de 33% et une économie en difficulté, a déclaré M. Abiodun, ajoutant que les acteurs du secteur doivent travailler ensemble pour que cela se produise.

Dans le secteur maritime, « il faut un engagement inter-agences sur les questions importantes qui touchent les opérateurs du secteur », avance M. Abiodun. « Un défi plus troublant a été l’accent mis par ces agences sur la génération de revenus plutôt que sur la prestation de services de qualité. Cela doit changer. » (Africanews)

ARTICLES LIÉS
- Advertisment -

Les plus populaire

Commentaires récents